Maxim Bernard, pianiste


Commence le dimanche 22 mars 2015 à 18:00
Se termine le dimanche 22 mars 2015 à 21:00

Type d'événement : Concerts

15ème arrondissement
Paris
L'adresse exacte vous est communiquée lors de votre inscription.



1914-1918

Un Récital de piano

Quelle fut la place de l’artiste – et plus spécifiquement du compositeur – au moment où celle qu’on a appelée la Grande guerre a éclaté? Les terribles nouvelles qui parvenaient au jour le jour influèrent-elles sur sa création? Stimulèrent-elles son imagination? Ou au contraire, l’ont-elles paralysée? Ont-elles donné une orientation particulière à son œuvre? La question est d’autant plus intéressante qu’au plan artistique, le début du xxe siècle a été marqué par des changements radicaux qui annonçaient une ère nouvelle, chargée de promesses merveilleuses. Il n’est que d’évoquer la création du Sacre du printemps de Stravinsky en 1913 : il fut accueilli avec force huées – mais à peine un an plus tard, on le considérait comme la composition la plus magistrale de son temps.

Le concert que propose le pianiste Maxim Bernard s’articule autour d’œuvres pour piano entièrement écrites entre 1914 et 1918 – soit pendant la Première Guerre mondiale. Y figurent des noms comme Rachmaninov ou Medtner, encore tournés vers un passé romantique, voire nostalgique, que la Guerre va complètement balayer, tandis que d’autres, comme Nielsen, hésitent encore entre tradition et modernité, et qu’un Scriabine lui tourne le dos pour s’aventurer toujours plus loin dans la nouveauté. Si Bartók se réfugie en partie dans la musique des peuples slaves et leurs voisins, Fauré confie ses angoisses et ses tourments à son piano. Pour Hindemith, ses expériences de guerre marquent sa première œuvre pour piano, troublante par son introversion et son avant-gardisme. Quant à Ravel, la Guerre constitue pour lui une source d’inspiration bien involontaire : certaines de ses compositions, dont chacun des six mouvements du Tombeau de Couperin, évoquent le souvenir d’amis tombés au front.

En dépit de sa thématique à première vue très pointue, un tel programme présente une très grande diversité expressive. Dans ce concert, Maxim Bernard nous offre un condensé remarquable des tendances qui se dessinent à l’aube du XXe siècle, où tant de courants contrastants se profilent déjà, annonçant un siècle d’une richesse inouïe au plan de la création sous toutes ses formes – au milieu, pourtant, de désastres sans nom.

 

Sergueï Rachmaninov :

Étude-Tableau en do mineur, op. 39 no. 1  1916-1917

Gabriel Fauré :

Nocturne en mi mineur, op. 107 no. 12   1915

Béla Bartók :

Six Danses populaires roumaines, Sz. 56, BB 68 1915

Sergueï Rachmaninov :

Étude-Tableau en fa dièse mineur, op. 39 no. 3  1916-1917

Nicolaï Medtner :

Marche Funèbre en si mineur, op. 31 no. 2   1914                                                                       

Skazki (Conte) en mi mineur, op. 34 no. 2   1916-1917

Paul Hindemith :

En une nuit (In einer Nacht) (extraits)   1917-1919

Rêves et expériences vécues

  • Assez rapide (Ziemlich schnelle Achtel)
  • Très vif, scintillant (Sehr lebhaft, flimmernd)
  • Fatigue (Müdigkeiten)
  • Très lent (Sehr langsam)
  • Nervosité (Nervosität, nicht schnell)
  • Scherzo: Extrêment vif (Äußerst lebhaft)

Alexandre Scriabine :

Vers la Flamme, op. 72  1914        

Entracte

Carl Nielsen :

Chaconne, op. 32  1916  

Maurice Ravel :

Le tombeau de Couperin  1914-1917

  1. Prélude       « À la mémoire du lieutenant Jacques Charlot »
  2. Forlane       « À la mémoire du lieutenant Gabriel Deluc »
  3. Rigaudon   « À la mémoire de Pierre et Pascal Gaudin »
  4. Menuet       « À la mémoire de Jean Dreyfus »
  5. Toccata       « À la mémoire du captaine Joseph de Marliave »

 

 


Remplissez le formulaire ci-dessous pour vous inscrire à cet événement

Les réservations sont closes pour cet événement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *